« Laisse-moi te soutenir quand tu as tes règles »

février 16, 2021

Comment et pourquoi je peux accompagner ma partenaire quand elle a ses menstruations ?

Article s’adressant principalement à des hommes cis-genre se questionnant sur comment accompagner leurs proches menstrués lors de cette période. Il est écrit à la première personne, comme une lettre d’un homme cis à ses proches. Il s’agit d’un article personnel, un essai sur comment, en tant qu’homme cis je peux accompagner mes proches dans leurs cycles.

Je me questionne : la connaissance et l’altruisme pour m’aider

Le questionnement simple, sans projection et sans jugement est un outil incroyable, il peut vraiment nous aider à comprendre autrui et des situations que nous ne connaissons pas.

En tant que personne non menstruée, comment puis-je t’aider à traverser les étapes de ton cycle ?

En me questionnant sur le fonctionnement des menstruations ? Par exemple à quoi servent les règles biologiquement ? Pourquoi parle-t-on de menstruations plutôt que de règles (le mot règle renvoie à quelque chose de régulier, ce qui n’est pas le cas pour tous les cycles) ? Pourquoi croit-on que les règles dure 28 jours (alors que c’est entre 15 et 45 jours en moyenne) ? quelles sont les phases du cycle menstruel et comment en tirer partie ? Comment est-ce possible qu’un « homme » ait ses règles (apprendre à différencier le genre du sexe, comprendre la transidentité) ? Comment les moyens de contraception peuvent-ils avoir un impact sur le cycle et sur la santé ? C’est quoi l’endométriose ? Pourquoi les menstruations ne sont pas sensées faire mal et si elles font mal comment gérer la douleur ?

La meilleure façon de répondre à ces questions est de questionner mes proches menstrués, iels sauront répondre à ma curiosité. Mais pour ça j’apprends à les écouter entièrement et j’essaye de comprendre ce qu’iels expriment sans les juger.

Est-ce que tu peux m’expliquer comment tu vis ton cycle ? Peux-tu m’aider à comprendre son fonctionnement ? Est-ce que tu as déjà vécu des violences ou des humiliations en rapport avec cela ?

Sinon je peux aussi me renseigner grâce aux livres et aux vidéos de Gaëlle Baldassari (Kiffe ton cycle) ou de Jack Parker (Le Grand Mystère des règles).

Beauty in blood Jen Lewis
Beauty in blood de l’artiste Jen Lewis

Les menstruations sont politiques

Oui, politique !

Car nous évoluons dans un monde patriarcal, dans lequel les corps des femmes cis-genre (et des personnes non-binaires) sont opprimés depuis des milliers d’années. Si je le comprends, je peux participer à ce que cela cesse.

Les corps « féminins » sont morcelés , notamment ton ventre qui souffre de nombreuses injonctions, il est comme sous domination politique, religieuse, démographique, morale, publicitaire et économique. Je sais que la société peut faire peser sur toi de nombreuses injonctions, notamment sur ton cycle, et j’en suis désolé. Je vais faire ma part dans mon quotidien pour mettre fin à cela. Si je peux t’aider, dis le moi.

En comprenant cela je peux apporter ma contribution sociale pour changer les choses : je refuse les contenus toxiques, les publicités sexistes et oppressantes donc j’essaye de me comporter en tant qu’allié. Ces problématiques concernent tout le monde, car nous sommes toustes né·e·s de ces ventres opprimés.

Sang et sexualité, j’apprends à me déconstruire

Faire du sexe pendant les règles, c’est OK (comme c’est aussi OK de ne pas vouloir le faire). C’est aussi simple que ça. Mais c’est toi, la personne menstruée, qui fixe le cadre de ce que tu veux ou non.

Il est important que je comprenne que les menstruations ne sont pas sales, elles sont même incroyables, belles et positives, car elles sont naturelles.

En décomplexant le sang menstruel on augmente le plaisir. Car on baisse le niveau de stress et de gène durant l’acte sexuel.

Donc je me déconstruis sur ce sujet, j’arrête de faire comme si c’était sale, ce fluide est aussi naturel que la salive.

Tellement naturel que ce sang peut même faire parti d’un jeu érotique, pourquoi ne pas essayer des peintures corporelles avec ? Pourquoi ne pas les voir comme quelque chose de beau ?

« Tu es magnifique quand tu as tes règles ! »

Comme dans tout ce qui touche à la sexualité, plus je déconstruis les injonctions sociales, plus je suis tolérant·e avec moi-même et les autres et plus je vais jouir.

(Astuce confort si cela vous chagrine encore : prendre le temps de prévoir serviette ou draps foncés dans le lit, baisser la lumière ou bien faire ça sous la douche.)

Je me contracepte pour te soulager

Les menstruations sont liées à un processus de fertilité et de moyens de contraception dit « féminine » ont un impact dangereux pour la santé et peuvent rendre les menstruations plus douloureuses (certaines pilules, certains stérilets, etc).

Comment puis-je faire pour partager la charge mentale de la contraception et éviter de tout faire reposer sur les épaules de mon ami·e ? Comment accepter le fait que seules les personnes à utérus se contraceptent alors qu’il faut être deux pour faire un enfant ? Tout en sachant qu’une personne à testicules valides est fertile 24/24h, 7/7j durant des dizaines d’années alors qu’une personne à utérus n’est fertile que quelques jours par cycle.

En me contraceptant moi-même : si j’ai des testicules valides je peux porter un anneau Androswitch (j’en porte un personnellement, je vous fais des retours dessus ici). Il existe aussi différents types de vasectomie.

Je me contracepte, je suis acteur et garant de ma vie sexuelle, de ma fertilité. Ainsi, j’arrête de me reposer sur toi, je suis responsable.

Kali par Jasmine Alicia Carter
Kali par Jasmine Alicia Carter
Illustration réalisée avec du sang menstruel

As-tu mal ? Comment vas-tu émotionnellement ?

Comment puis-je gérer la douleur et les émotions des autres ?

En comprenant le fonctionnement de la douleur et des émotions, mais aussi en sachant où tu te situe dans ton cycle (grâce à une application de gestion menstruelle comme Clue qui permet le partage de son cycle).

J’accepte que je ne peux pas gérer ta douleur ou tes émotions à ta place, mais je peux t’accompagner durant cette période avec intelligence émotionnelle, en étant à l’écoute de tes besoins et en te signalant mon soutien.

Quelques petites attentions positives qui soulagent : un massage, une bouillotte chaude, un repas (à base de fibres), des câlins, de l’hypnose, du silence …

Je n’hésite pas à rajouter une dose de communication : « Comment te sens-tu ? As-tu besoin de quelque chose ? Veux tu être seule ? Je te fais couler un bain ? Que veux tu manger ? J’aimerais te soutenir, peux tu m’aider à t’aider ? »

Et si j’essayais d’être humble devant le cycle menstruel ?

Si je comprends le rôle que ce sang a dans le cycle de la vie, je ne peux qu’être humble devant ce processus. Donc pourvoir être proche de ce processus, surtout si je ne le vis pas moi-même, peut vraiment être vécu comme un privilège.

J’ai du respect pour ce qui se passe dans ton corps, car j’ai du respect pour le vivant. Ce processus est beau, tu as de la chance de le porter en toi.

Vivre ce moment en couple permet de voir cette période comme précieuse, quasiment sacrée car elle nous renvoie à la richesse et la complexité de la vie.

Pouvoir être proche de toi durant cette période est une expérience émotionnelle forte, un privilège car je ne saurais jamais ce que c’est.

Les trucs que je vais arrêter de faire :

Demander « tu as tes règles ou quoi ?! » dès qu’une personne menstruée fait preuve de caractère.

J’arrête de minimiser ton ressenti (notamment de douleur, de gène ou émotionnel), je ne nie pas ta réalité et tes sensations. Surtout quand je n’en ai jamais fait l’expérience dans ma chair.

J’arrête de te proposer de l’alcool, des produits laitiers, du café, aliments trop salés ou acides durant cette période (sauf si tu me le demandes, tu es libre de tes choix) car ils augmentent la douleur et les gènes.

Et surtout j’arrête de t’infantiliser, tu es adulte, tu sais mieux que moi ce qui est bon pour toi, surtout en ce qui concerne ton corps.

Les petits plus qui font du bien

  • Je veille à avoir chez moi/nous : des médicaments antidouleurs, une bouillotte, des huiles essentielles, des tisanes anti-douleurs, des protections périodiques accessibles pour toi et pour les invitées.
  • Je cuisine des fibres et tes plats préférés.
  • Je te propose des massages, gratouilles, câlins.
  • Nous pouvons partager ton cycle sur une application de gestion menstruelle.
  • Je participe aux frais des protections jetables, des culottes menstruelles mais aussi de la coupe menstruelle, des serviettes menstruelles (que je n’hésite pas à laver moi-même).
  • Je pars du principe que te soutenir n’est pas un acte de faiblesse, mais un acte normal entre proches.

Si vous avez d’autres pistes de réflexions sur ce sujet ou d’astuces bien-être durant cette période, n’hésitez pas à les rajouter en commentaire.

Bien à vous,
Tristan